THERAPIE PAR LE JEU

La Formation

à la pratique de la thérapie par le jeu

dans l’Approche Centrée sur la Personne

a été reportée au debut janvier 2021

avec Sandra Pedevilla

et Frédérique Rousseau

à Paris

6 week-ends

16-17 janvier, 13-14 février, 20-21 mars, 17/18 avril, 22/23 mai 26/27 juin 2021

AVANT-PROPOS

Trop souvent nous demandons aux enfants de s’adapter à notre monde d’adulte pour entrer en contact avec nous par la parole. Puis-je au contraire, m’adapter au monde de l’enfant pour le rejoindre dans son propre mode d’expression naturel par ses actes et par le jeu ?

Pouvons-nous découvrir une manière pour nous, adultes, d’entrer délicatement dans le jeu de l’enfant, et rentrer ainsi dans son monde ? Un monde si intense que c’est sa personne même qui s’y joue ? Du coup toute notre personne peut être intensément mobilisée, intensément présente.

Cette manière d’être requiert une humilité de tous les instants : de lâcher ses certitudes, quelquefois de ne rien comprendre sur le moment, d’accepter d’avoir tout faux, d’accueillir des remises en cause de la relation…

Il s’agit aussi de faire confiance : à la tendance actualisante de l’enfant pour utiliser l’espace de jeu, à notre créativité ensemble pour se forger une relation unique, au fait que tout jeu est relation dans l’espace de thérapie… L’expression active de mon empathie, de mon regard positif inconditionnel et de ma congruence à travers mes actions, constituera une « résonance interactive » au jeu et à la personne de l’enfant.

N’oublions pas l’accueil des parents, qui nous confient leurs enfants, ce qu’ils ont de plus précieux au monde. A nous d’établir une relation de confiance avec un ou plusieurs parents, un cadre sécurisant pour ce travail et peut-être même d’oser un regard de tendresse sur leurs personnes.

L’expérience de la thérapie par le jeu en ACP a donné envie aux formatrices de partager la manière dont ce travail les a amenées à redécouvrir, avec émerveillement, la puissance de l’ACP à l’œuvre dans sa version la plus dépouillée, et vers une compréhension renouvelée de la théorie ACP.

THERAPIE PAR LE JEU EN ACP

La thérapie pour les enfants est présente depuis les tous débuts de l’ACP. Carl Rogers a lui-même travaillé en qualité de psychologue auprès d’enfants en difficulté, dans un centre de guidance, de 1928 à 1939, et son premier livre (1939) en témoigne.

Virginia Axeline, dans son célèbre livre de 1946 a décrit le processus d’un enfant qu’elle appelle « Dibs ». Son livre « Play Therapy » (1947) fonde les principes ACP de la thérapie par le jeu. On peut l’imaginer assise sur sa chaise, prenant des notes détaillées, reflétant ou clarifiant les sentiments de l’enfant et se joignant à son jeu quand elle est sollicitée directement par lui.

Dans les années cinquante, la méthode non-directive devient l’approche centrée sur le client. Les six conditions, dont les trois attitudes créant un climat qui facilite la tendance actualisante, sont conceptualisées. Se sentir relié est une composante essentielle de la croissance. Clark E. Moustakas (1959) traduit les six conditions dans la « relation vivante » dans le jeu.

L’approche, dans les années soixante, s’ouvre à d’autres applications et s’appelle dorénavant l’approche centrée sur la personne. Dans les années 80 l’essence même de l’approche s’affine. La relation est l’expérience de croissance significative.

La thérapie, et plus particulièrement la thérapie par le jeu peut aussi être conçue comme un travail de prévention de troubles à venir : Barbara Williams propose des ateliers pour former les enfants aux trois attitudes et les Guerney, puis Garry Landreth, proposent que le thérapeute offre un soutien aux parents pour leur apprendre des manières non-directives de jouer avec leur enfant : la pratique de la « thérapie filiale«  ou « un temps de jeu spécial « .

Michael Behr (2003) propose un nouveau concept, la résonance interactive. Le praticien va à la rencontre de l’enfant, réagissant corporellement et en résonnance à l’énergie de l’enfant dans le jeu et en dehors de manière interactive, authentique, mais centrée sur la personne de l’enfant. La personne globale du praticien est pleinement présente dans le jeu. Ce jeu est thérapeutique.

LES SIX AXES DE LA FORMATION

  1. Pratique de la thérapie par le jeu.
  2. Travail sur la personne du praticien (‘parts d’enfant’, etc.).
  3. Facilitation de l’émergence de la capacité de percevoir des processus dans le jeu.
  4. Liens avec la théorie ACP de la thérapie, du processing, des processus, du changement.
  5. Gestion des relations avec les parents.
  6. Supervision de la pratique.

UNE PÉDAGOGIE EXPÉRIENTIELLE

Expériences pratiques de « mises en scène » : pour expérimenter et entendre ce qui peut se jouer dans l’instant du jeu pour la personne de l’enfant depuis la place de l’enfant, pour faire l’expérience de l’intensité du jeu depuis la place du praticien, et aussi pour apprendre depuis la place de l’observateur et son regard plus global de la situation.

Temps d’échanges et de réflexion : pour faire des liens avec la théorie ACP, pour partager l’expérience de « l’enfant » ou du praticien, pour poser vos questions.

Les questions ayant rarement une réponse toute faite, des espaces de supervision sont également prévus dans la formation : l’expérience et les questions de chacun seront précieuses pour tous. Une supervision en groupe ou en individuel poursuit et complète le travail de la formation (coût en dehors de la formation).

ÉLEMENTS DE CONTENU

Développer mes capacités 

  • à entrer en relation avec un enfant inconnu en respectant sa manière à lui d’entrer en relation 
  • à entrer en relation active aussi avec son jeu
  • à respecter le rythme et à s’ajuster au niveau d’intensité de l’enfant
  • à respecter l’espace de jeu de l’enfant en tenant compte du fait que c’est sa personne même qui est en jeu
  • à être centré(e) dans l’ici et maintenant
  • à différencier l’attitude éducative de l’attitude d’aide thérapeutique
  • à analyser ce qui se passe dans la relation avec l’enfant
  • à repérer les jeux relationnels, les types de relation/jeu/pouvoir
  • à repérer ce qui est en jeu dans la relation
  • à repérer des thèmes
  • à repérer un processus
  • à garder l’équilibre entre la présence de ma propre part d’enfant et la vigilance du thérapeute adulte dans le jeu
  • à supporter de ne pas tout comprendre en gardant ma confiance
  • à poser mes limites

Le cadre de la pratique

  • Critères pour la salle ou l’espace du jeu.
  • Critères pour le choix des jouets et des jeux.
  • Qui est mon client ? L’enfant ? Les parents ?
  • Quels « symptômes » ou difficultés bénéficient de la thérapie par le jeu ACP ?
  • Le cadre du travail : durée, fréquence des séances, durée du suivi, la place des parents.
  • Limites pour la sécurité de l’enfant, pour ma sécurité
  • Quand s’arrêter ? Qui décide ? Comment ? Selon quels critères ?
  • Questions d’éthique et limites à la confidentialité.

Dans l’espace de jeu

L’expression de mon empathie, de mon regard positif inconditionnel et de ma congruence à travers mes actions, constitue une « résonance interactive » au jeu et à la personne de l’enfant :

  • en respectant sa manière d’entrer en relation
  • par la mise en scène de son monde intime
  • dans le travail sur ses peurs dans les jeux de rôles
  • dans d’autres manières de se rencontrer à travers la confrontation et la lutte
  • à travers le mouvement vers une relation d’équipe dans les jeux de construction ou d’élaboration de jeu
  • dans la co-créativité concernant les règles dans les jeux de société
  • en évitant un jugement positif ou négatif dans les temps de créativité (dessin, etc.)
  • et aussi dans les échanges verbaux, et à travers les négociations sur les limites, que ce soit celles du lieu, du cadre, de mes propres limites en tant que personne, ou de la sécurité de chacun.

Que peut-il se passer pour l’enfant dans une thérapie par le jeu ?

  • L’enfant peut travailler à intégrer, ou s’approprier des situations ou des éléments d’expériences difficiles.
  • Il peut faire l’expérience de lui-même autrement et ainsi créer une nouvelle image de lui-même ou une réorganisation de ses configurations internes.
  • En faisant l’expérience de se consulter pour décider comment il utilise sa séance, avec l’accompagnement bienveillant, actif et attentif d’un adulte, il acquiert de l’estime pour lui-même et du respect pour sa propre « autorité interne » (ou centre d’évaluation internalisé), résultant en une confiance et autonomisation accrues.

Quels liens avec les parents ? Quelques questions :

Lors du premier contact :

Est-ce que je rencontre l’enfant avec ses parents ? Toujours les deux ? Même s’ils sont séparés ? Avant ? Après ? Que dois-je expliquer à l’enfant ? Comment parler de ce travail par le jeu avec les parents ? Y a-t-il des questions à poser ? des limites à la confidentialité à poser ?

Pendant le suivi :

Quels contacts avec les parents ? Avec ou sans l’enfant ? Comment faciliter la place de l’enfant ? Quelle confidentialité pour un enfant ? Puis-je parler du processus sans pour autant dévoiler le contenu des séances de jeu ? Quel soutien pour les parents ? Puis-je donner des conseils ?

Quelle relation avec les parents ? Est-ce qu’il y a un processus dans cette relation ?

LES FORMATRICES

Afin de garantir la qualité et la richesse de l’apprentissage, le groupe sera accompagné par une ou deux formatrices, ainsi qu’une assistante expérimentée. Elles sont au service de l’apprentissage et s’engagent, par leur implication personnelle dans le processus de groupe, à apporter aux participants leurs compétences et leur soutien constant. Les formatrices sont engagées dans un processus de régulation et de supervision.

Sandra Pedevilla, psychopraticienne ACP. Formée à la thérapie par le jeu par Michaël Behr, elle l’a intégrée dans sa pratique libérale dès 1999. Sa rencontre avec ses parts d’enfant lui avait alors permis de se réconcilier avec l’enfant qu’elle avait l’impression d’avoir laissée derrière elle pour grandir un peu trop vite. Ayant pris, depuis peu, une retraite partielle, elle se donne maintenant à son envie de transmettre, dont cette formation et la supervision de la thérapie par le jeu sont des concrétisations. Elle détient les agréments PSY’G et AFP-ACP, et le CEP.

Frédérique Rousseau psychopraticienne ACP depuis 2000 et formatrice depuis 18 ans. Dès le début de son travail personnel puis de sa pratique, elle a été sensible aux parts d’enfant présentes en elle et chez les personnes qu’elle accompagne et c’est tout naturellement qu’elle s’est intéressée et formée à la thérapie par le jeu avec Sandra Pedevilla. Sa pratique est sous-tendue par sa sensibilité à l’expression du corps et au travail de la tendance actualisante à l’œuvre dans les processus thérapeutiques.

LE CADRE DE LA FORMATION

Nos engagements mutuels

Cette formation peut être impliquante, autant pour les adultes que nous sommes, que pour une part d’enfant qui pourrait surgir à tout moment. Dans un souci de sécurité psychologique pour chacun(e), chaque membre du groupe de formation sera responsable de la confidentialité par rapport aux expériences vécues par chacun. Les formatrices s’engagent à une confidentialité partagée.

Nous demanderons à chaque participant(e) de formuler activement ses propres besoins et de soutenir le processus de formation de ses collègues. Les formatrices s’engagent à soutenir le processus de formation de chaque participant, qui lui-même s’engage à avoir un espace thérapeutique.

Validation de la formation

Chaque stagiaire recevra une attestation de présence.

ACP Formations décernera un certificat aux stagiaires déjà thérapeutes ayant complété, de manière satisfaisante :

la réalisation d’une vidéo d’une séance avec un enfant ou jeu de rôle et une analyse écrite

un travail écrit décrivant le processus de la thérapie avec un enfant, l’analysant en lien avec la théorie ACP, décrivant la gestion des contacts avec les parents et détaillant l’utilisation de la supervision pour poser et explorer ses propres questions. Ce travail, qui sera fait après la fin de la formation, sera évalué par les formatrices.

Supervision de la formation

Le contenu de la formation est supervisé par Michaël Behr. Le travail des formatrices sera supervisé dans le cadre de la supervision d’équipe d’ACP Formations.

Procédure de plainte

En cas de contestation non-résolue nous aurons recours à un médiateur extérieur.

MODALITÉS PRATIQUES

Conditions de participation 

Cette formation s’adresse aux thérapeutes ayant déjà accompli une formation expérientielle à la psychothérapie dans l’Approche Centrée sur la Personne et ayant une pratique, ou à d’autres professionnels sensibles à l’ACP, après un entretien avec les formatrices et éventuellement une participation à une journée de sensibilisation ou découverte de l’ACP. La disponibilité psychique et l’autonomie suffisantes pour gérer soi-même ses propres tensions et conflits internes sont des préalables nécessaires pour suivre cette formation. Vous êtes invité(e)s à envoyer une lettre de motivation et un CV détaillés à Sandra Pedevilla, ACP Formations, 22 rue Marcel Allégot, 92190 Meudon, ou pedevill@club-internet.fr avant un entretien avec les formatrices. Date limite pour la réception des lettres : fin décembre 2021

Dates

6 week-ends non-résidentiels à Paris :

16-17 janvier, 13-14 février, 20-21 mars 2021. 17/18 avril, 22/23 mai 26/27 juin 2021

Pour préserver la qualité de la formation et la sécurité de tous, les dates de la formation pourront être reportées si la situation sanitaire nécessite la distance-barrière d’un mètre.

Horaires et durée 

Accueil à partir de 9h. Samedi de 9h30 à 18h et dimanche de 9h30 à 17h soit au total 12 jours ou 84 h de formation.

Lieu

Meudon Bellevue, à 12 minutes de la gare Montparnasse par un train de banlieue.

Si vous avez besoin d’un hébergement à Paris il est possible de faire une demande de la part d’ACP Formations à la Maison d’Accueil Adèle Picot, 39 rue Notre Dame des Champs, 75006 Paris (métro Notre Dame des Champs) 01 45 49 80 80 ou à la Maison d’Accueil de la Salle, 78A Rue de Sèvres, 75007 Paris (métro Duroc) 01 44 49 36 00, tous deux proches de la gare de Montparnasse.

Groupe de formation 

Minimum six participants. Une ou deux formatrices, en fonction de la taille du groupe.

Coût pédagogique 

2200 euros pour les 6 sessions. Toute formation commencée est due dans sa totalité.

Possibilité de règlement échelonné.

POUR D’AUTRES RENSEIGNEMENTS OU POUR UN ECHANGE

Sandra Pedevilla 06 72 78 94 46

pedevill@club-internet.fr

ou

Frédérique Rousseau 06 84 50 91 61

frederique.rousseau@gmail.com

ACP Formations dans l’esprit de Carl Rogers – Organisme de formation privé

Courrier : ACP Formations 22 rue Marcel Allegot 92190 Meudon

Siège social : 26 rue d’Aumale 75009 Paris

Association loi 1901 SIRET : 44 9 138 767 00016 APE : 8559 B

http://acpformations.free.fr/

Membre de l’Association Française de Psychothérapie

dans l’Approche Centrée sur la Personne (AFP-ACP)
Membre de la Fédération Française de Psychothérapie et Psychanalyse (FF2P)